Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 décembre 2008

Le Tr@cT n° 43

" Ça va trop mal ! Le monde écroule ! "
Louis-Ferdinand Céline  Guignol’s band 1951
****************************
D’abord, je voulais écrire au père Noël. Et puis comme d’habitude j’ai attendu trop longtemps, et maintenant il est un peu tard pour ajouter à sa hotte. Il a dû programmer ses livraisons, tout en colissimo ou prestomachin, et ma lettre (même électronique) arrivera trop tard. C’est rapé. Mais de toute façon, franchement, je n’avais rien de particulier à demander à l’homme à l’habit rouge. Pour moi, ça va plutôt bien. On va dire que j’ai de la chance. Ou que j’ai une bonne nature... Que réclamer au barbu conducteur de rennes ? La vie me fait régulièrement d’assez beaux cadeaux... Que ça dure ! Ça me suffira. Laissons le plein de la hotte à ceux qui en ont besoin, et ceux-là ne manquent pas. Vas-y, Père Nono, gâte-les ! Mais apprends-leur aussi peut-être à voir des cadeaux ailleurs que chez Darty ou à la FNAC... Ben oui : la vapeur qui s’échappe de la tasse de thé en belles volutes, le rayon de soleil hivernal qui traverse la vitre et vient se poser sur le canapé, le chat qui dort enroulé comme un serpent, et même la pluie qui fait ploc-ploc, et puis le vent qui joue avec les feuilles, la lune grosse et rousse, pourquoi pas aussi les lumières de la ville, le sourire de la petite fille, le regard d’une femme, le geste d’une autre, un passant qui passe, une lumière qui s’allume à une fenêtre dans une maison dont on ne sait rien, un bout de paysage cadré dans le pare-brise, un verre de Tariquet bien frais, un plat de penne rigate au pistou, un rire bienveillant, le sourire de la vendeuse, encore des lumières, un album que je n’avais plus écouté depuis longtemps, un livre que je retrouve et relis, une citation que je recopie dans un beau cahier, les délices d’une brève paresse sur le canapé (avec le rayon de soleil), quelques mains baladeuses et insinueuses, le coup de téléphone à un ami, la nuit et ses étoiles, le sommeil d’un enfant, un texte de Pierre Autin-Grenier, des poèmes lus sur internet, une bougie allumée sur la table basse du salon, un grand bout de ciel bleu en hiver, mon pas sur le chemin... et même, peut-être, un écran d’ordinateur, la nuit, sur lequel on écrit des mots à on ne sait qui... tout ça, c’est cadeau !

Certes, c’est peut-être facile à dire. Encore de la poésie... Mais je n’ai jamais dit que changer le monde pouvait être un cadeau... Désolé, c’est pas prévu sur la liste. Pourtant, ce serait pas mal, comme idée. Mais à qui s’adresser ? La responsabilité semble un peu lourde pour les épaules fatiguées du père Nono (c’est que ça tire sur les dorsaux, une hotte pleine ! ). Alors pourquoi pas s’adresser à Jésus directement ? Après tout, c’est bien pour lui aussi qu’on s’agite fin décembre, non ? Oui, je sais, certains l’ont peut-être oublié  entre foie gras et langoustes, entre écrans plats et téléphones mobiles, entre “que vais-je faire en entrée ?” et “t’es sûre que ça va lui plaire, à ta mère ?”, ou bien entre “où est-ce que je vais dormir ce soir pour pas mourir de froid ?”  et “non, mon chéri, je peux pas te l’acheter ce jouet” ... Oui, on l’oublie un peu, le Jésus, et pourtant c’est un mec plutôt sympathique.

Je vais pas revenir ici sur ses exploits divers qui ont fait l’objet de nombreux commentaires. Non, je vais simplement lui écrire une petite lettre, et puisque je sème à tout mail, il n’y a pas de raison de ne pas inclure dans ma mailing list le premier des hippies ... Allez, j’y vais, j’ose...

Lire la suite

19:54 Publié dans Humeurs, Tr@cts | Lien permanent | Commentaires (3)

29 septembre 2008

A propos de "Entre les murs"

Le Tr@cT n°42
**********************************************
" Ce qui me tourmente, ce ne sont ni ces creux, ni ces bosses, ni cette laideur.
C’est un peu, dans chacun de ces hommes, Mozart assassiné. "

Saint-Exupéry  Terre des hommes (dernières lignes)
****************************
Dans le mur ...

Avertissement  : ce Tr@cT est entièrement consacré au film de Laurent Cantet “Entre les murs”, palme d’or du dernier festival de Cannes. Ce qui suit est assez long. Autant vous prévenir tout de suite... et éviter à ceux que le sujet n’intéresse pas de perdre du temps... tout en demandant aux autres de lire cet article jusqu’au bout...

Voilà, je suis allé voir “Entre les murs”...  le film de Laurent Cantet d’après le livre de Laurent Bégaudeau, Palme d’Or au festival de Cannes 2008. J’en viens. J’en sors. Et le tracteur démarre...

D’abord, je dois vous dire que je ne voulais pas y aller. Un film sur l’école, encore un... et présenté  comme une “plongée” dans la réalité, avec tout ce que cela peut comporter de dérives, de caricatures, de points de vue biaisés. Je voulais pas. Na. L’histoire d’un prof de français en plus... Les commentaires divers sur ce film annoncé comme un événement m’avaient passablement énervé. Quand  tout le monde s’extasie, je me méfie (vous commencez à me connaître...). Je flaire l’effet perroquet, je redoute la pensée unique devant une oeuvre louangée par la critique sur un sujet des plus casse-gueule, extrêmement complexe.  Et puis j’y suis allé. Rapidos après la sortie, pour ne pas lire encore des milliers de lignes avant de me faire ma propre opinion. Et mon opinion, la voilà : “Entre les murs” est un mauvais film qu’il faut aller voir... Si le sujet vous intéresse, je m’en vais essayer de justifier ce paradoxe... 

Un mauvais film ? Oui, on a de quoi être sidéré de voir une Palme d’Or attribuée à un film si pauvre d’un point de vue cinématographique. Certes, on a bien compris que son intérêt est dans “l’effet de réel”, qui évite toute stylisation. Mais tout de même. Cela suffit-il à justifier une caméra qui tremble même dans des plans fixes, des travellings à l’épaule cahotiques, des cadrages approximatifs... Le cinéma, c’est tout de même aussi la pratique d’un art, non ? L’image est d’une pauvreté  visuelle dont on comprend bien qu’elle reflète l’austérité même des lieux, le huis clos entre les murs d’un collège, et même entre les murs d’une seule classe. Mais ce n’est pas un documentaire. Cantet l’a assez rappelé : c’est du cinéma, une fiction, avec un scénario, un budget, des élèves-acteurs et tout et tout... Quel intérêt de filmer en mode cinéma si c’est pour aboutir à un tel “objet “ cinématographique ? D’autant que le film ne va même pas jusqu’au bout d’un parti-pris qui pourait être de totale sobriété. On pourrait penser à quelque  chose comme “le degré zéro” de l’écriture cinématographique (un peu l’équivalent de “L’étranger” de Camus en littérature), mais le procédé n’est pas maintenu en permanence comme je le montrerai plus loin.

Un mauvais film qu’il faut aller le voir ? Oui, je crois. Pourquoi ? Parce que ce film, et peut-être justement grâce à son aspect informel, brut de décoffrage, oblige à se (re)poser des questions importantes. Des questions qui ne sont pas inédites mais qui s’imposent ici à nous avec une force incontournable. Un documentaire d’Envoyé Spécial aurait  posé les mêmes, ce n’est pas la première fois qu’on offre une plongée dans les eaux plus ou moins troubles et agitées d’un collège d’aujourd’hui, mais le label “cinéma” et  “Palme d’Or” induisent un autre regard, offre au problème une tout autre visibilité. D’où, finalement, l’intérêt d’en avoir fait un  film (palmé ou non).

La première de ces questions qui vient tout de suite à l’esprit paraît simple: est-ce que ça se passe vraiment comme ça dans la réalité ? Le film est l’adaptation d’un “récit-témoignage” de François Bégaudeau, lui-même “ex” prof de collège en ZEP (on se demande d’ailleurs pourquoi il a arrêté ... ;-) On peut donc à priori penser qu’il ne fabule pas. Il tient son propre rôle (et reconnaissons qu’il est remarquable, mais peut-on encore dire qu’il “joue” ?). Donc oui, ça se passe comme ça. Parfois. Dans certains collèges. Les nombreux commentaires de profs que j’ai lus sur internet depuis la sortie du film semblent le confirmer. Mais bien sûr il ne faut pas croire que cela se passe partout comme ça. Et même dans les ZEP. De nombreux profs insistent aussi pour dire que cette classe, et ce prof là, ne sont vraiment pas un exemple (j’ai bien dit : exemple, pas “modèle”...).

Réponse délicate, on le voit, dès cette première question. Je pourrais alors essayer de de me fonder sur ma propre expérience... Moi aussi je suis “prof” (et oui... écrire le Tr@cT et quelques autres balivernes ici et là n’est pas ma seule activité ;-)  mais assurément je ne fais pas le même métier qu’un prof de ZEP. J’enseigne à des élèves issus de classes moyennes ou petits-bourgeois, en lycée (privé) et classes post-bac.  Je ne vais pas parler personnellement de ce que je connais pas. Je pourrais en revanche disserter sur la matière “enseignée” par Bégaudeau puisque nous partageons, théoriquement, la même discipline, communément appelée le “français”... Il y a beaucoup à dire sur l’état des lieux dans les domaines de l’usage de la langue, de la lecture, de l’écriture, de la culture... J’ai déjà écrit là-dessus pas mal de choses il y a une  quinzaine d’années. Je me déciderai peut-être à vous en reparler un de ces jours, mais je ne vais tout de même pas vous déprimer encore plus... Donc, je ne sais pas si “ça se passe comme ça”... Mais j’écoute pas mal de collègues, tout au long de l’année, dans cette belle ville de Marseille d’où je vous cause, et je crois pouvoir  vous dire sans me tromper que “Entre les murs” n’est pas très loin d’une vérité qui n’est pas générale mais qui qui n’est pas non plus une exception (un peu alambiquée comme formule...). Restons-en là pour l’instant. Convenons que cette “image” du collège n’est qu’une image parmi d’autres, mais reconnaissons à ce film le mérite de coller tout de même à une réalité qui parfois est même bien pire que celle-là...

Oui, ça “peut” se passer comme ça, et ce n’est  pas un cas isolé du tout. La deuxième question est alors : qu’est-ce qu’on en déduit ?  Que peut-on en conclure ? Là les choses se gâtent... et en même temps le film devient intéressant.

Au début de la séance les spectateurs ont plutôt tendance à rire. Genre “ils sont marrants ces collégiens, ils sont réjouissants ces gosses si spontanés, ils ont de la répartie, ils ont de l’humour... Voilà une classe vivante, cosmopolite, à l’image de la société... Ah qu’elle est belle notre République et notre école publique...”. Oui, au début, on peut se marrer. Mais très  vite, le rire se fige. Moi, personnellement, ça ne m’a pas fait rire du tout. Je manque peut-être d’humour... mais d’emblée j’ai trouvé ça dramatique, désolant, affligeant... Et devant ces images d’un enseignant en train de batailler presque en permanence avec ses élèves,  je n’arrêtais pas de me demander : comment en est-on arrivé là ? Comment en est-on arrivé à ce gâchis généralisé ?

Mais je m’égare peut-être. Certains spectateurs ne se poseront pas cette question. Gâchis, quel gâchis ? C’est vrai. On peut voir ce film comme un constat, et rien de plus. Ben oui, c’est plus l’école de papa, c’est plus Marcel Pagnol et sa blouse grise,  c’est pas “Les Choristes” ! Qu’est-ce que tu crois coco, les temps changent ! Qu’est-ce que vous pensiez ? Que l’école n’avait pas “évolué”, qu’elle était restée à l’abri des problèmes de la société ? J’en connais pas mal qui vont se contenter de penser cela. Et n’en feront pas un problème. Problème ? Quel problème ?

C’est vrai, on peut se dire que, finalement, tout ne va pas si mal. Parce que, “finalement”, les élèves jouent au foot contre les profs à la fin du film. Le prof de français a pas l’air mauvais, au foot... alors les élèves se marrent, applaudissent... Oui, tout le monde a l’air content à la fin de l’année, malgré les injures, malgré les innombrables accrochages, malgré le déplorable niveau de langue, malgré tout... Oui, tout le monde est content...  Le prof sourit, et puis il distribue lors du dernier cours les “Autoportraits” faits par les élèves... Ils rigolent... Ils ont travaillé tout de même ! Tout n’est pas perdu ! Et puis... c’est les vacances... Les profs (même le prof de techno totalement déprimé) vont se refaire une petite santé... et puis... ça va recommencer, ni mieux ni pire... Tout va bien, finalement ! Pourquoi s’inquiéter ? Je ne peux pourtant me défaire de ce sentiment de gâchis, et poser avec entêtement la question : comment en est-on arrivé là ?

Oui, car jusqu’ici... tout va bien (comme le disait en exergue le film de Kassowitz (1995) : “La haine”... pas si éloigné que ça de cet “Entre les murs”). Tout va bien... sauf que, dans l’une des dernières scènes, et probablement la plus remarquable du film, le prof demande aux élèves ce qu’ils ont appris au cours de cette année. Quand tous les élèves sont sortis, une fille reste dans la classe et s’approche du bureau du prof : “ Moi, j’ai rien appris”. Le prof insiste : tu ne peux pas dire ça, tout de même, réfléchis un peu, tu as bien retenu quelque chose... Mais non, elle répète, avec un air absolument bouleversant (on aurait dû aussi attribuer la palme de la meilleure actrice à cette fille qui là, en une minute, résume tout !) : “Non, moi, j’ai rien appris...”

Cette scène, je l’avoue, sauverait presque tout le film de sa médiocrité cinématographique. Cette élève, durant tout le film, on ne l’a pas vraiment vue. A peine aperçue. Pourtant elle était là. Les autres, les grandes gueules (filles et mecs) qui ont accaparé et détourné le temps de l’enseignement, ceux-là, on les a vus, sans arrêt. Ils ont occupé le prof, et on s’est occupé d’eux, on s’est demandé pourquoi ils étaient comme ça, si c’était pas la faute de l’institution ou la faute de la société...  Elle, pendant ce temps, elle aurait peut-être aimé apprendre, pouvoir un peu mieux écouter le prof, mais comment le pouvait-elle dans ce bordel permanent ? Bon, là, je me crispe, je l’avoue... Parce que en tant que prof, c’est d’abord à ce genre d’élève que l’on veut se consacrer. C’est elle qui mérite  toute nottre attention. Elle demandait pas grand chose. Apprendre un peu. Pouvoir écouter. Pouvoir prendre la parole malgré son évidente timidité. Mieux maîtriser la langue, avoir moins de difficulté à lire, oser écrire. Si on fait ce métier de prof, c’est d’abord pour ce genre d’élèves, pour lequel rien n’est pas facile, rien n’est gagné d’avance, c’est relativement insupportable de les voir noyés par l’effet de groupe, l’effet de bande, qui les empêche totalement d’exister, donc d’apprendre... Ou peut-être devrais-je dire l’inverse : qui les empêche d’apprendre, donc d’exister...

J’en connais plein de petites gamines comme ça, à qui on vole le temps d’apprendre parce qu’on se préoccupe de problèmes que l’on croit autrement plus importants. Par exemple (dans le film) savoir si un élève qui a insulté puis bousculé le prof avant de sortir de la classe mérite un conseil de discipline... Et oui, on se le demande, on s’interroge, on passe du temps, on discute... Est-ce si grave que  cela ? Ben peut-être pas, finalement... Le prof est pas mort, de quoi se plaint-on ? La mère de l’élève en question ne parle pas français mais rappelle que c’est un bon fils, qui aide ses petits frères. Son père, dit-on, risque, en cas de renvoi de l’établissement, de le renvoyer “au bled” (sic). Alors, évidemment, le conseil de discipline prend une allure de couperet. Le prof a des doutes. Il est pas si méchant, Souleymane, il est seulement  “perturbé” (par quoi, pourquoi, le film n’en dit rien...). Alors, s’il est perturbé... Dans la vraie vie, Souleymane s’appelle Franck et dans une interview (1) donne sa vision de son personnage : “Il mérite pas d’être viré pour ce qu’il a fait, parce que c’est un peu légitime” (sic...). Légitime... Si je ne m’abuse, légitime veut dire au sens strict “conforme à la loi” ou au sens plus large “ justifié, explicable par le bon droit, le bon sens, la raison “ (Lexilogos). Quelle est donc la légitimité qui autorise un élève à insulter puis bousculer un prof par ailleurs (et tout le film le prouve) d’une patience et d’une bienveillance qui forcerait presque l’admiration si on ne savait pas que c’est le cas de la plupart des profs de collège à l’heure actuelle. Mais attention, ce prof, lui, n’a aucun droit à l’erreur : un seul petit écart (le mot “pétasse” dans le film !) et le voilà au rang des accusés, toute la classe liguée contre lui et l’institution qui lui demande des comptes... Le plus beau métier du monde, qu’ils disaient...

Ce fameux conseil de discipline, point d’orgue scénaristique du film de Cantet, est dramatisée à outrance. A ce moment du film, relativement “neutre” par ailleurs, le réalisateur semble vouloir nous livrer son généreux message : la sanction n’est pas la solution. Et voilà alors la caméra qui s’attarde, en gros plan, sur l’urne qui passe de main en main et dans laquelle chaque membre du conseil de discipline glisse son vote. Autre gros plan (c’est là que le film s’écarte du “degré zéro” de l’écriture cinématographique) sur la nuque du prof : c’est peut-être lui le coupable, il se demande quelles vont être les conséquences de ce vote, du renvoi de l’élève. Cette nuque est prête à recevoir la guillotine. A mort le vilain prof coupable de sanctionner un élève qui pourrit la classe depuis des mois ! Autant le dire tout de suite à tous les apprentis profs de demain : à part si vous êtes battus à mort, oubliez toute sanction... car de toute façon, évidemment, cette sanction ne sert à rien. OK, coco, on a compris. Tu es gentil. Mais on fait quoi ? On retrouve au cours suivant l’élève dans la classe. Bonjour Monsieur, vous allez bien ? L’autre fois j’étais un peu perturbé, faut me comprendre... Bien sûr, pas de problème mon petit, on te comprend, veux-tu bien t’asseoir tout de même, si cela ne te perturbe pas trop ?

Au fait, il y a d’autres élèves dans la classe qui sont peut-être “perturbés”. Probablement la jeune fille qui ne dit rien et n’a “rien appris”... Et puis le jeune Wei, par exemple, dont les parents sont sous la menace d’une expulsion, et qui, eux non plus, ne parlent pas bien français. Cela ne l’empêche pas  d’être  le meilleur élève de la classe, et toujours avec le sourire... Allez comprendre... mais je sens bien que l’on aborderait là un sujet particulièrement tabou... alors je clos ce paragraphe.

Franchement, où est le problème ? C’est simple comme bonjour. Un élève “perturbé” a tous les droits. Bref : celui qui est perturbé a le doit d’être perturbateur. C’est simple comme bonjour. D’une implacable logique. Il suffit de le dire franchement, de l’écrire éventuellement dans le règlement intérieur (règlement ? quel règlement ?) et on ne perdra plus de temps à organiser des conseils de ceci, des réunions de cela, des rendez-vous avec les familles,  les travailleurs sociaux, et tout l’appareil mis en oeuvre pour encadrer ces élèves “perturbés”... Où est le problème ?  Il est majeur, et dramatique. C’est l’école qu’on assassine. La faute à personne. La faute à tout le monde. Mais le gâchis, dans ce cas là, est total.

On connaît  le leit-motiv habituel : c’est un problème social. Là, j’ai toujours du mal à comprendre. Avant, il n’y avait pas de problèmes sociaux ? Depuis plus d‘un siècle (merci Jules Ferry), seuls les riches sont donc allés à l’école ? Ah bon... Je savais pas. Je croyais que la mixité sociale à l’école n’était pas une réalité nouvelle,  surtout au collège...  Ce serait donc un problème social, la faute à la société, la faute au gouvernement, la faute aux autres... Tous coupables. Les élèves ? Tous  victimes... A vouloir tout et toujours ramener au social, on finit par tout confondre et tout justifier,  par exemple que ce soit la même chose de brûler un car de CRS et un camion de pompier, de briser une vitrine de magasin de luxe et de vandaliser une maternelle...

Et si nous risquions l’hypothèse (quelle audace !) que le problème n’est pas social ? Alors où serait le problème ? Je me risque à un diagnostic rapide, et donc évidemment très partiel : une lente dégradation de la valeur attribuée à la connaissance ( “valeur culturelle”) dans une société qui ne valorise plus que les valeurs de la consommation (“valeurs marchandes”) relayées et amplifiées par les medias de l’image, mais aussi l’échec à peu près total d’une certaine forme d’intégration (“mixité culturelle”) dans un lieu qui devrait être précisément celui où s’élabore une “culture commune” qui permet de vivre ensemble . Mais ça, il ne faut surtout pas le dire...

Car je connais la rengaine. Je les entends déjà, les gentils qui me diront : pourquoi tu t’énerves ? L’école est le reflet de l’époque, et c’est tout. Et ben non. Ce n’est pas tout. Si l’école est le reflet de notre époque, justement, profitons-en pour interroger notre époque... Que penser d’une époque où il semble légitime que l’école intègre tous les problèmes du monde et que du coup elle ne soit plus capable d’accomplir sa mission essentielle qui devrait être, justement, de donner à chacun des armes pour se soustraire un peu à quelques-uns de ces problèmes ? 

L’époque ? La belle affaire ! Et que l’argument est simpliste !  Que l’époque me dise qu’il ne faut plus utiliser de stylo-plumes, que l’époque me rappelle que la culture évolue et prend d’autres formes, que l’époque m’offre internet et la vidéo, que l’époque m’incite à un rapport plus étroit et moins magistral avec les élèves, que j’inscrive cette “époque” dans ma pédagogie... évidemment je suis d’accord ! Je n’ai aucune nostalgie, et puis de toute façon je n’ai pas le choix. Mais je ne vois pas au nom de quoi je devrais accepter, par exemple, au nom de problèmes prétendument spécifiques à notre “époque”, qu’un prof culpabilise parce qu’il vient de se faire insulter... et pourquoi je devrais accepter, au nom de cette même “époque”, le gâchis plus ou moins généralisé de l’enseignement public...

J’entends déjà l’autre refrain habituel :  l’école n’est pas à l’écart du monde. Il est normal que les problèmes de la société se retrouvent dans l’enceinte scolaire. J’entends bien. Il ne s’agit pas de fermer les yeux, de se voiler (la face...), mais oui,  l’école pourrait, devrait, rester un sanctuaire, contrairement à ce que proclame le discours ambiant. Parfaitement ! Et tant pis pour ceux qui vont ricaner. Et je le dis précisément parce que beaucoup se plaisent à dire le contraire comme seul argument et acte de soumission. Un sanctuaire ? Au moins un lieu à part. Oui, parfaitement. Ce n’est qu’à cette condition que l’école peut mener à bien sa mission. Cela ne veut pas dire nier les problèmes (notamment sociaux), cela ne veut pas dire oublier les soucis de chacun (notamment familiaux), mais l’objectif majeur de l’école devrait rester précisément d’offrir à chacun un lieu où il peut s’écarter de ses problèmes, où il peut trouver une ambiance favorable à developper des qualités et des aptitudes que la société l’empêche de mettre en évidence. Il faut le dire avant l’entrée : on ne crie pas dans une bibliothèque, ou alors on sort...

Un sanctuaire ? Et pourquoi pas ? On enlève bien ses chaussures à l’entrée d’une mosquée (quand on a le droit d’y entrer...) , on respecte le silence d’une église (quand elle est ouverte) : pourquoi l’école ne serait-elle plus sacrée ? A tout prendre, il me semble que ce qu’on apprend à l’école est tout de même plus constructif, à tous points de vue, et notamment pour essayer de vivre ensemble dans un pays démocratique, que ce qu’on apprend dans les lieux prétendus “saints”...  Voilà ce que je constate : la totale et complète désacralisation de l’école et du savoir qu’elle dispense au nom d’une prétendue démocratisation qui n’aboutit, finalement, qu’à un effarant nivellement par le bas, par une prime à la médiocrité résultat de petites démissions successives qui ont fait que non seulement on fout le bordel dans la  bibiothèque... mais on la brûle aussi parfois...

La véritable démocratisation a justement consisté à ouvrir les lieux du savoir au plus grand nombre. Qui peut nier que cela est une réussite ? Que je sache, l’école est effectivement accessible à tous. Comment alors  comprendre l’acharnement de certains élèves à  vouloir compromettre la  bonne marche de ce dernier lieu dédié à la formation d’esprits libres et critiques. Heureusement, et notamment depuis mai 68, l’école n’est plus l’antichambre de l’armée et de l’usine. Qui oserait dire qu’elle  formate les esprits et les alliène ? Les profs ne sont plus des despotes, et depuis longtemps. Alors au nom de quoi, au nom de quelle “légitimité”  s’attaque-t-on parfois avec tant de constance au système scolaire en défiant à tout moment le moindre signe d’autorité ? Moi, j’appelle cela une attitude fascisante, et aucune “perturbation” personnelle, quelle qu’elle soit, ne me fera accepter cette volonté d’instaurer à l’intérieur d’un établissement des lois d’un autre ordre que celle qui permet à tous d’avoir accès au savoir. Ni loi de la “cité” ni loi de la “consommation”, ni loi de la “bande” ni loi du “marché” (ah, il faut les voir les fringues bling-bling des petits caïds de “Entre les murs”...), ni loi des “communautés” qui s’affrontent verbalement dans la classe et qui s’interrogent sur leur appartenance à la communauté française...

Pourtant il suffirait peut-être de si peu de choses... Quand on me demande ce qui me semble essentiel pour que l’enseignant puisse faire son boulot, je réponds toujours la même chose : des élèves polis. Et c’est tout. La politesse : la plus petite mais aussi la première des vertus, qualité essentielle qui permet aux hommes de vivre ensemble. Donnez-moi une classe d’élèves polis et tout est possible. Ça paraît bête, hein ? Et pourtant... Les élèves peuvent avoir de grandes difficultés, ils peuvent être perturbés, ils peuvent (et doivent !) avoir de fortes personnalités... mais sans politesse (en dehors de l’école on appelle aussi cela la “civilité”) rien n’est possible. Pourquoi, comment, par quels phénomènes incroyables, est-il donc devenu si exhorbitant de réclamer seulement cette forme de respect mutuel dans un lieu qui n’a aucune raison fondamentale d’être considéré comme un lieu d’affrontements ? La politesse, ce n’est pas la police. Elle ne vise pas l’ordre mais une sociabilité aimable. La politesse est antérieure à la morale et la permet. Morale ? Je sens bien que ce gros mot risque d’en fâcher plus d’un, je le laisse alors aux philosophes... Tant pis pour nous.

C’est tout ce que j’ai à proposer comme solution ? C’est bien peu, en effet... Je repense à une anecdote. C’était il y a 20 ans. Une jeune prof débutante, à Marseille, vient se plaindre à son proviseur d’une classe difficile : “Vous savez, mademoiselle, dites-vous qu’il vaut mieux qu’ils soient là plutôt que dehors à voler des mobylettes”. Cela me fait penser à ce moment du film  où le prof s’interroge sur la sanction à infliger à Souleymane parce que  “quelquefois, il fait des choses bien”. Un collègue lui dit alors :  “Comme ça, si je comprends bien, tu achètes la paix sociale”. Pas con. Cette réplique m’a beaucoup fait réfléchir. Mais même pas vrai. Ça suffit même pas... Un échec de plus. Ah si, une réussite : on ne vole plus de mobylettes... puisqu’on roule en scooters...

Une autre anecdote.  Il y a trois jours. Une prof me raconte qu’elle vient pour la première fois d’entrer dans une classe où les élèves se lèvent à son arrivée : elle n’en revient pas... mais avoue à quel point le cours commence ainsi dans de bien meilleures conditions. Dans le film de Cantet  les élèves se lèvent (plus ou moins) seulement pour la venue du Proviseur qui leur explique que cela n’est pas un geste de soumission. Dans le constant rapport de forces instauré dans la classe par certains élèves, dans cette guerre par laquelle ils veulent exister, ce pourrait être comme le début d’une sorte de paix... Qui osera dire qu’on ne leur donne pas, à l’école au moins, d’autres moyens de se faire reconnaître ?

Gâchis, échec... Evidemment tout est relatif. On peut toujours trouver du positif. Happy end ? A la fin de l’année, lors de ce dernier cours où le prof demande aux élèves ce qu’ils ont appris, la pire peste de la classe apprend  au prof qu’elle a lu  La République de Platon, parce que sa soeur fait des études de droit : “C’est pas un livre de pétasse, hein ?”. Et toc ! Le prof sourit. Elle a eu le dernier mot. On sent alors chez les spectateurs comme une sorte de soulagement : finalement, cette gamine, elle n’est pas si terrible que ça. Ouf. C’était juste qu’on se trompait  sur son cas. Brave petite, à qui il faudrait simplement une école plus adaptée, et peut-être même des profs un peu plus compréhensifs. Comment le prof, cet imbécile, n’y a-t-il pas pensé avant ? Mais bien sûr, il fallait leur faire lire La République (ce ne serait pas une mauvaise idée en effet...tant que le mot “république” a encore un peu de sens....). Comment se fait-il qu’il n’ait pas perçu cette veine philosophique chez cette gentille ado ? Sauf que, dans la vraie vie, ça ne se passe pas souvent comme ça... Et puis même : suffit-il qu’elle cite enfin un livre qu’elle aurait vaguement lu pour que tout lui soit pardonné ? Trop content de tenir enfin un bout de fil auquel se raccrocher, on sent bien que le prof lui-même pousse un soupir de soulagement. Non, tout n’est pas perdu... Il n’a pas totalement échoué. Il n’a pas fait tout ça pour rien. C’est probablement grâce à lui aussi qu’elle a osé attraper ce livre là... Alleluia ! (que l’on me pardonne cette exclamation peu laïque...).

Mais bon, j’exagère probablement. La faute à mon tempérament. On le sait bien, ce n’est pas partout comme ça. Et puis les profs de ce collège (Françoise Dolto à Paris XXème) donnent des interviews partout et n’ont vraiment pas l’air de se plaindre. Tout va bien, vous dis-je... Et puis si en France on a des problèmes avec notre école, on peut toujours se tourner vers le fameux modèle finlandais qui fait rêver tous les pédagos et politiques en ce moment. On pourrait envoyer en stage chez nos amis lapons le jeune prof de techno de “Entre les murs”, complètement déprimé (scène remarquable). Manque de bol, un ado a tout de même flingué une dizaine de copains il  y a quelques jours... Mais c’est pas grave, c’est une mode qui vient des Etats-Unis. Pas de quoi vraiment s’inquiéter, juste quelques déséquilibrés. Il n’y a plus qu’à attendre le premier cas en France. Faut bien qu’on fasse comme tout le monde ! C’est l’époque...

Ce doit être ça. Je noircis le tableau (curieuse métaphore pour un tableau déjà noir...). Je m’emballe pour pas grand-chose. Ça passera. C’est rien... En fait, je suis injuste. Ce film n’est pas si mauvais, et la situation pas si désespérée. La dernière image, un peu lourdement symbolique, montre chaises et tables en désordre dans la classe désertée. C’est simple, il suffira de les ranger pour la rentrée prochaine... et de recommencer une nouvelle année, en espérant ne pas aller trop vite dans le mur...

Yves Gerbal, tracteur professeur.
PS : une petite info recueillie ce matin... la routine... Jusqu’ici, tout va bien...Cliquez sur :
http://www.metrofrance.com/x/metro/2008/09/29/20sIzGLI4UDic/index.xml
(1) A écouter sur http://www.entrelesmurs-lefilm.fr/site/index.php/2008/09/22/39-franck-qui-joue-souleymane-nous-parle-de-son-personnage-et-du-film



21:59 Publié dans Humeurs | Lien permanent | Commentaires (1)

01 août 2008

Eté 2008 : en guise de carte postale...



“Combien de détours, et en quels lieux, avant de se savoir en présence de ce qui soulève un peu le voile de l’être ? “

Michel Onfray   Théorie du voyage (Poétique de la géographie) Livre de Poche bibio essais

Chers tractés...

Le Tr@cT (1) ne se fait pas rare, il garde son rythme irrégulomadaire et imprévisible, parfois indolent comme le chameau au milieu des dunes du désert, parfois rapide comme le lièvre dans les bois de Lozère (2) ... mais toujours aimant musarder, randonner, voyager... Entre deux étapes de son parcours estival le tracteur n’oublie pas certaines traditions. Celle de la carte postale par exemple. Après les sacs à dos de 2007, voici en 2008 deux haïkus inédits, illustrés par deux images, histoire de rappeler que l’été... c’est le pied !
Je vous espère en forme à peu près adéquate à vos projets, vos élans, vos détours...
Cordialement !


Yves Gerbaluchon, tracteur en goguette.

(1) pour ceux qui ne le reçoivent pas et accèdent directement à ce blog, écrivez à  letract@wanadoo.fr
(2) à ne pas confondre avec la levrette, qui peut être lente ou rapide... ;-)

L’été
Un pied de femme
A la portière
piedfemme.jpg

 


Ivresse des sommets
Un pied
Dans le vide

 

piedvide.jpg

 


Comme d’hab, je voulais profiter de ce petit Tr@cT estival pour vous faire part de quelques engouements récents en matière de livres ou films etc... Et puis j’ai pensé que le mieux serait encore de vous informer de ma dernière marotte. Je laisse depuis quelques mois des commentaires sur le site de vente en ligne “Amazon”,  histoire de pouvoir ainsi compiler des critiques toujours visibles et disponibles ailleurs que sur un site ou un blog persos. Amazon fait bien les choses, offre une page d’accueil (“profil”) plutôt bien conçue et ne censure aucun commentaire (à ma connaissance en tout cas). Evidemment cela ne vous empêchera pas, si vous le voulez, d’aller acheter vos livres, par exemple, dans des boutiques bien réelles, de dimensions moins “mondiales”, et donc peut-être plus “humaines”...


 Je vous suggère donc de parcourir ces quelques dizaines de commentaires. Vous y trouverez notamment, puisqu’il est ici question d’errances, quelques mots sur le film “Into the wild” de Sean Penn (depuis peu disponible en DVD), et sur le remarquable essai de Michel Onfray  dont j’ai extrait la citation ci-dessus... mais aussi d’autres coups de coeur plus ou moins récents et pas seulement éphémères,  par exemple la formidable BD de Larcenet “Le combat ordinaire”  ou quelques albums cultes des années 70. Vous y lirez aussi quelques signes d’énervement (je répète qu’Amazon ne censure aucun commentaire), par exemple à propos de deux “romans”  d’Amélie Nothomb...
Pour cela il vous suffit de cliquer ici.


Cerise sur mon gâteau, si vous jugez ces commentaires “utiles”, n’hésitez pas à cliquer sur le bouton “oui”... ;-) Amazon vous demandera peut-être de vous choisir un mot de passe avant de pouvoir “voter”. Cela n’engage à rien, évidemment. Vous ne recevrez pas de spam amazonien. En fait, grâce à vos votes, je ne gagne rien sinon le fait de grimper dans l’échelle des “commentateurs” chez Amazon... Cela pourra paraître stupide et vain, mais j’aime bien cet inutile quand il ne fait de mal à personne... C’est un petit défi que je me suis lancé, en plus d’une manière supplémentaire de garder le contact avec vous par le partage de ces commentaires qui restent ainsi toujours accessibles sur le net ... (vous pouvez même mettre cette page “profil” dans vos favoris... ;-)) d’autres commentaires viendront dans les mois à venir).

Alors, bonne lecture ! et si vous voulez rebondir sur certaines de ces critiques, n’hésitez pas à m’envoyer vos réactions !

Ciao !

Ivre Verbal, tracteur barjot

 

Légendes images :
Entre Saint-Tropez et la Môle, 10 juillet 2008.
Pointe de l’Observatoire (Vanoise), 18 juillet 2008.


         

21 mars 2008

Tant qu'il y aura des printemps...

Oui, je sais... j’aurais pu vous écrire avant. Mais c’est toujours la même chose. Pourquoi faire aujourd’hui ce que l’on peut remettre à demain, voire même : pourquoi faire demain ce que l’on peut remettre à après-demain ? Et puis comme d’habitude, je suis timide ;-) j’hésite, je n’ose pas m’introduire... dans votre boite à mails... Peur de vous embêter, de vous importuner, et peut-être aussi, peur de vous paraître vain et inutile...

C’est pourtant pas les sujets qui manquent ! J’aurais pu vous écrire pour vous parler des élections, vous savez bien que c’est une des manies du tracteur... mais j’ai pensé qu’il n’y avait là que considérations locales (apparemment ce ne fut pas le cas...) alors que le Tr@cT a une audience nationale !!! ;-)) J’aurais pu vous parler de Sarkozy, pour changer un peu... Histoire de faire un bilan, un an après... Mais j’ai pensé que chacun pouvait bien le faire, ce bilan, avec toute l’objectivité qui nous caractérise  ;-))) J’aurais pu aussi vous parler de mon beau voyage au Brésil l’été dernier, puisque je vous avais promis des photos et ne vous ai envoyé qu’un petit bout d’Amazonie pour vous souhaiter un bon bout d’an (comme on dit ici dans le sud...). J’aurais pu vous parler de ces films, de ces pièces de théâtre, de ces expos, de ces livres, de ces disques, de ces oeuvres qui continuent de baliser mes semaines, mais l’une chasse l’autre, et à peine ai-je envie de vous causer de “ceci” qu’un “cela” vient m’en distraire... Voilà comment, finalement, je ne vous ai rien écrit.

J’aurais pu aussi, plus anecdotiquement, vous raconter comment j’ai encore cru vous avoir perdu, début septembre, à cause d’un disque dur bourré jusqu’à la gueule et qui a refusé de redémarrer... Oh la peur ! Sans rire ! Vous perdre aurait été une vraie douleur, je m’en suis vraiment rendu compte (ça fait deux fois que ça m’arrive : la première fois mon ordi avait été foudroyé par un orage d’été, je vous l’ai raconté fin 2006...). Drôle de sensation devant un disque dur qualifié de “mort”, une mémoire devenue inaccessible... brrr... heureusement, j’avais aussi une mémoire externe dans laquelle j’avais eu la bonne idée de sauvegarder vos précieuses adresses... C’est drôle tout de même, toutes ces extensions de notre cerveau... Drôle de fil, aussi, qui nous lie, drôle de besoin de savoir que je peux, quand je veux, vous proposer de lire mes petites bafouilles électroniques...  Quand je veux, dis-je, alors justement, pourquoi aujourd’hui et pas plus tôt ? A cause des fleurs. Tout simplement.

A cause des fleurs. Des arbres en fleurs. Des talus en fleurs. De ma pelouse en fleurs. Des jeunes filles en fleurs ;-)))) Bref, à cause du printemps (et je sais bien qu’il vaudrait mieux dire “grâce” mais je ne sais pas si pour vous la réception de ce Tr@cT sans ambition politique, sans alibi pédagogique ni vertu philosophique... vous gâchera la journée ou éclairera quelques-unes de vos précieuse minutes...).
 
Ce soir, pourtant, à l’heure où je vous écris (au milieu de la nuit, comme d’hab), il fait plûtot gla-gla, même dans notre Provence chérie... N’empêche, c’est bien le printemps. Les arbres en fleurs, ça fait déjà une ou deux semaines qu’ils ont réjoui ma vue et mon esprit. Je connais même pas leurs noms (en arbres et en plantes je suis nul... ah, misère intellectuelle et trahison de mes racines pour un fils de paysan...) : amandiers, muriers, cerisiers ...?  Mais leur nom, au fond, je m’en fous : ils ont fleuri, c’est tout. Des fleurs blanches ou roses, d’autres mauves. Des fleurs fragiles, dont on sent bien qu’elles sont là pour peu de temps, juste pour nous dire que c’est le printemps, juste pour nous dire, au fond, qu’il ne faut pas désespérer...

Parce que, tout de même, avouons-le, c’est pas folichon folichon tous les jours, n’est-ce pas... Je ne vous raconterai pas quelques événements tragiques survenus cet hiver.  Accidents divers qui soudain vous ramènent en pleine poire la fragilité extrême de
l’existence, bifurcations brutales des routes de la vie, chaos d’un destin qui déraille. De cela aussi j’aurais pu vous parler... Mais à quoi bon : chacun a ses exemples je suppose. Et pas qu’individuellement. Collectivement, c’est pas brillant non plus. J’aurais pu vous parler du monde qui tourne pas rond, mais pour quoi faire : chacun le sait bien...

Alors voilà, je préfère vous parler des fleurs. C’est comme ça, c’est dans ma nature (et c’est dans la nature...). En tout cas, à mes yeux, c’est l’info la plus importante du moment. Les marguerites dans le gazon qui redémarre, une hirondelle sur un fil (oui oui, ça existe encore !!), et la lumière par-dessus tout ça. C’est le printemps, et je ne m’en remets pas.
C’est le printemps, et j’adore ça. Cette saison a sur moi de drôles d’effets : sur vous aussi, je suppose... Mon enthousiasme instinctif devient carrément de l’euphorie. Je m’entends dire “youpi” tout seul en conduisant, je souris dans la rue,  je marche en esquissant des pas de danse et je chante sous le soleil (oui, je sais, je suis pas Fred Astaire ni Gene Kelly... mais j’ai le droit d’être content ! )... Je fais le chien fou, je roucoule comme une colombe, je ronronne comme un matou et volette comme un papillon...  Drôle de bestiaire à moi tout seul !

Ce sera tout pour aujourd’hui. Tant de mois sans un mot et puis tout à coup tant de mots pour dire ça ? C’est pas sérieux, monsieur le tracteur ! J’m’en fous !  Le printemps est arrivé, vive le printemps (à dire sur un air de Michel Fugain...). Ca repart pour un tour. C’est la chenille qui redémarre. C’est la danse des canards. C’est la fin du cafard. Y a d’la joie, partout y a d’la joie. Flower power is back again ! Peu de choses en somme. Rien que du très normal. Le cycle des saisons. Et pourtant, et pourtant... Tant de raisons de désespérer... mais il suffit  d’un printemps, parfois, pour faire croire que tout recommence. Et je sais bien que je suis fou d’y croire. “Rien de nouveau sous le soleil”. “On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve”. Vous pouvez me sortir toutes les phrases que vous voulez, les citations les plus définitives, pour me dire que rien ne change ou que rien n’est jamais pareil... Rien n’y fait. J’m’en fous, je vous dis ! Rien d’autre n’est plus important, aujourd’hui, que cet arbre en fleurs . Il ne me console pas de la dureté du monde et de l’injustice du destin, mais il me rappelle mon devoir, ici et maintenant : ne pas désespérer... tant qu’il y aura des printemps...

04 mai 2007

Un nouveau parti !



J’espère que ceux qui ont voté Bayrou (et peut-être aussi les autres...) ne l’oublieront pas  lors des législatives à venir... La fuite des députés UDF vers le chef de bande UMP est une raison de plus pour le soutenir... Dans quelques jours, naissance d’un nouveau parti : le Mouvement Démocrate. A suivre...

Barbecue

“ Lui (Sarkozy) confier le pouvoir,
c’est comme organiser une barbecue partie
en plein été dans l’Estérel ”

  Jacques Chirac (cité par le magazine Marianne )
      
C’était juste pour dire que moi, à ma barbecue partie en Provence,  j’inviterai pas Sarkozy...




Socrate et Sarkozy...

Dans la conversation, il confie qu’il n’a jamais rien entendu d’aussi absurde que la phrase de Socrate «  Connais-toi toi-même ». Cet aveu me glace – pour lui. Et pour ce qu’il dit ainsi de lui en affirmant pareille chose. Cet homme tient donc pour vain, nul, impossible la connaissance de soi ? Autrement dit, cet aspirant à la conduite des destinées de la nation française croit qu’un savoir sur soi est une entreprise vaine ? Je tremble à l’idée que, de fait, les fragilités psychiques au plus haut sommet de l’Etat, puissent gouverner celui qui règne ! Lors de sa parution, j’avais lu “Le pouvoir et la vie” de Valéry Giscard d’Estaing qui racontait ses crises d’angoisse, ses inhibitions le paralysant dans son véhicule militaire de parade le 14 juillet sur les Champs Elysées, ses prétextes pour quitter le conseil des ministres afin de subir une injection de calmant, son désir de se faire psychanalyser (par Lacan !) pendant son septennat, etc. Je me souvenais de confidences faites par tel ami bien informé sur l’état psychique fort peu reluisant de Jacques Chirac après la dissolution et sur le type de traitement psy qu’il suivait à cette époque. Je me rappelais la fin d’un François Mitterrand , entre voyantes et reliques de sainte Thérèse, invocations des forces de l’ esprit , croyance en l’ au-delà et abandon aux médecines de perlimpinpin. Et je voyais là, dans le regard devenu calme du fauve épuisé par sa violence, un vide d’homme perdu qui, hors politique, se défie des questions car il redoute les réponses, et qui, dès qu’il sort de son savoir faire politicien, craint les interrogations existentielles et philosophiques car il appréhende ce qu’elles pourraient lui découvrir de lui qui court tout le temps pour n’avoir pas à s’arrêter sur lui-même.
Michel Onfray, relatant sur son blog sa rencontre avec Sarkozy... l’intégralité du texte à lire ici

23 avril 2007

Post electum...

Post electum electeur tristum...
      ********************************************
(résumé des épisodes précédents pour ceux qui prendraient le train en marche : le tracteur (alias Yves Gerbal) a fait campagne pour François Bayrou, et s’en est longuement expliqué... voir sur ce blog...)


1) D’abord, bien sûr, un peu de tristesse. Quand on s’investit dans la diffusion d’une opinion, quand on se démène un minimum pour essayer d’être convaincant, on est forcément déçu de voir que ce que l’on a défendu n’est pas totalement validé par le résultat des élections. Alors, oui, je le dis, j’y ai cru. Et alors ? Ce n’était pas ridicule. Je crois que ce n’était pas honteux. Oui, j’ai cru qu’il se passerait quelque chose de neuf, j’ai cru que quelque chose me permettrait d’espérer une vraie rénovation de la vie politique, en tout cas du “paysage” politique comme on dit... A la place de cela, c’est reparti pour un tour... Tournez manège !


Lire la suite

11 avril 2007

Petite bafouille...

Petite lettre à ceux que les derniers TracTs ont énervé...
mais aussi à tous les autres...
      ********************************************
Chers tractés,
En cette période décisive (voilà qu’il va nous la jouer lyrique maintenant...), je me permets de venir encore une fois rendre visite à votre boite à mails.
Je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui ont manifesté leur opinion (par mail ou de vive voix) à la suite de ces tracts ouvertement engagés dans une réflexion sur les élections à venir. Oui, je vous remercie, parce que cela prouve que la politique vous tient à coeur (et au portefeuille aussi, parfois...), et puis parce que, je l’avoue, ça fait toujours plaisir de recevoir un petit signe venu souvent d’expéditeurs inconnus avec lesquels le seul lien est cette bafouille électronique...


Lire la suite

20 mars 2007

Le tracteur for President

Résumé des épisodes précédents : Sarko et Ségo sont sur un bateau. Tous les deux tombent à l’eau. Qui reste-t-il ?

 Il s’agit donc, dans le troisième temps de cette sorte de dissertation tractée, d’aborder la partie la plus difficile, celle de la synthèse. Alors, en route, labourons ensemble ! Semons des opinions, et nous verrons bien ce que nous récolterons au proche printemps... Evidemment, beaucoup m’ont vu venir, avec mes gros sabots (décidément, j’use beaucoup du lexique rural, même le plus anachronique) : je m’en vais vous suggérer de voter François Bayrou... Autant vous le confirmer tout de suite, ce qui permettra à ceux auxquels cela paraît aberrant, inconcevable, ou carrément con, d’interrompre tout de suite la lecture de cette 3ème lettre consacrée aux présidentielles et de retourner garder leurs moutons de droite ou leurs moutons de gauche...

Lire la suite